VERDUN (Citadelle souterraine)
Verdun 1916


Entrer un commentaire
0 Commentaire(s)

Situer sur Google maps ?
    (Cliquez sur une photo pour l'agrandir)
Photo 1 : Verdun: La citadelle souterraine (7kms de galerie) a été la plaque tournante pour les régiments affectés sur le front de Verdun- accueillant les poilus attendant de monter au front ou ceux qui en redescendaient.
Photo 3 : Canon de 75mm
Photo 5 : Un wagonnet audioguidé permet la visite des galeries sans effort- mais prévoyez une petite laine car les galeries sont fraîches
Photo 6 : Reconstitution d'un dortoir
Photo 7 : Le central de communications
Photo 8 : Des obus prêts à être chargé vers le front.
Photo 9 : Le réfectoire
Photo 10 : La boulangerie
Photo 11 : Reconstitution du ""choix du soldat inconnu"" tiré au sort parmi 8 cercueils . Les sept autres sont enterrés dans le carré militaire du cimetière Faubourg Pavé- Avenue du 30ème corps à VERDUN (voir photo suivante) Au mur du fond la devise de Verdun : ""ON NE PASSE PAS""- Le 9 novembre 1920- en fin de matinée- a lieu la cérémonie de désignation du soldat inconnu qui doit reposer sous l'Arc de Triomphe de Paris. Huit cercueils- recouverts d'un drapeau tricolore- sont alignés dans une galerie souterraine de la citadelle de Verdun transformée en chapelle ardente. Le soldat Auguste Thin- le dernier du régiment 132 d'infanterie- vêtu d'un uniforme neuf- est chargé de choisir un cercueil. Le ministre des Pensions André Maginot lui demande- en lui présentant un bouquet de fleurs- de le déposer sur un des huit cercueils. Il choisit le 6e cercueil car la somme des chiffres de son régiment (132) est égale à 6.
Photo 12 : Plaque dans le carré militaire du cimetière Faubourg Pavé- Avenue du 30ème corps à VERDUN (Phto en médaillon) : Le texte dit :""Ici reposent les sept soldats français inconnus venus de tout le front de bataille. Le 9 novembre 1920 huit soldats français inconnus exhumés dans tous les secteurs du front en des endroits gardés secrets furent réunis à la citadelle de Verdun pour une glorieuse veillée funèbre.Le 10 novembre en présence de M. Maginot- Ministre des pensions- l'un d'eux fut désigné par le sort pour recevoir à Paris- sous l'arc de Triomphe de l'Etoile- les honneurs suprêmes.Les sept autres- confiés à la ville de Verdun- montent ici au pied du drapeau- leur dernière garde- se dressant en rempart devant la cité inviolée et faisant leur la devise du soldat de Verdun ""On ne passe pas"".Passant salut bien basIci repose peut-être ton père- ton fils- ton frère- ton ami- mort quelque part pour la France au cours de la Grande Guerre.Le Souvenir Français"
Photo 14 : Des ""rosalies"" (baïonnettes)
Photo 15 : Un casque d'officier allemand avec la célèbre pointe. De là- viendrait l’appellation corse ""pinzuti"
 Retour