CHAUNY (Monument des fusilles)

1914-1918




Photographe : Didier MAHU
Entrer un commentaire
0 Commentaire(s)



Situer sur Google maps ?

    (Cliquez sur une photo pour l'agrandir)
Photo 1 : Le monument en hommage aux fusillés pour l’exemple, voulu et financé par la Fédération nationale de la libre pensée, a été inauguré à CHAUNY le 05/04/2019. La date du 5 avril correspond au 100e anniversaire d’une manifestation à Paris, pour défendre la réhabilitation des fusillés et contester l’acquittement en 1919 de l’assassin de Jean Jaurès.
Merci à Didier MAHU d’avoir accepté de nous confier ses photos prises lors de l’inauguration du monument ,

Photo 2 : Les sculpteurs : Frédéric Thibault (à gauche sur la photo), et Etiennne Retou.

Photo 3 : Extrait du Courrier Picard : « La Libre pensée défend depuis des décennies la réhabilitation collective des 639 fusillés pour l’exemple, « morts par la France », lors de la Première Guerre mondiale. Beaucoup de fusillés ont été exécutés dans l’Aisne et la Picardie dès la fin de l’année 1914. Seuls 40 fusillés ont été réhabilités par la justice française, la plupart dès les années 1920. »

Photo 4 : Frédéric Thibault au journaliste du Courrier Picard : « C’est important la vision. D’ailleurs mon projet a évolué par rapport au site. Le monument se trouvera sur un promontoire engazonné, avec une rangée d’arbres derrière lui. » Finalement, je ne fais pas de socle. Les statues des généraux sont sur des socles, les poilus, eux, ont les pieds dans la glaise. On les prenait comme ça pour les fusiller dans un coin », 

Photo 6 : (Wikipedia) : « Commis trois jours avant l'entrée de la France dans la Première Guerre mondiale, ce meurtre met un terme aux efforts désespérés que Jaurès avait entrepris depuis l’attentat de Sarajevo pour empêcher la déflagration militaire en Europe. Il précipite le ralliement de la majorité de la gauche française à l’Union sacrée, y compris beaucoup de socialistes et de syndicalistes qui refusaient jusque-là de soutenir la guerre. Cette Union sacrée n’existe plus en 1919 lorsque son assassin, Raoul Villain, est acquitté. Le transfert des cendres de Jaurès au Panthéon, en 1924, souligne une autre rupture politique intervenue au sein de la gauche, entre communistes et socialistes. »

Photo 8 : Frédéric Thibault à prpos du personnage central :  « C’est le vivant, le révolté, le seul à la bouche ouverte qui crie devant l’injustice subie »

Photo 9 : Statue d’un jeune soldat à genoux.

Photo 10 : Statue d’un tirailleur marocain, le dos voûté et les mains attachées.

Photo 11 : Nicole Aurigny (présidente de la Fédération nationale de la libre pensée)La vérité de la guerre de 1914, écrite dans la pierre, permettra que l’on se souvienne et qu’on rende leur honneur à tous ces hommes. On verra les condamnés, les mains attachées. On imaginera facilement en face d’eux les pelotons avec les fusils. Et on se souviendra des fortes paroles de Giono à propos du « pacifique devant les fusils » : « Est-il donc si fort qu’on n’ose pas le faire fusiller par un seul homme ? On s’occupe de lui comme d’une chose extrêmement importante et grave, car, ainsi immobile, attaché, et peut-être déjà les yeux cachés, il est effrayant

Photo 15 : L’article de Corse-Matin du 10/11/2018 sur les fusillés corses.

Photo 16 : L’entrée du Parc Notre-Dame de Chauny

 Retour